Dure dure, la vie des inventeurs

Une invention de Léonard de Vinci, la vis aérienne. Source : http://leonard-de-vinci.net46.net/Partie_1_1.html

Récit d’une rencontre

La semaine dernière, j’ai rencontré un inventeur. Bon, pas un grand, c’est pas Alfred Nobel. Un type lambda mais qui fourmille d’idées. Il a créé des trucs somme toute modestes : un tuyau pour communiquer entre motards (pilote et passager) , puis euh un drôle de truc pas évident à expliquer. En gros c’est un petit objet plastique ou métallique qui permet de fixer des bâches sur un peu tout et par n’importe quel bout. ça à l’air inutile comme ça, mais en fait, c’est un objet qui a des usages multiples. Le fait de pouvoir le mettre n’importe où évite les interstices et la bâche protège d’autant mieux. Du coup, c’est utilisable contre des inondations, pour conserver des ballots de foin, et aussi, selon les dires de l’inventeur, pour les pompiers et la Croix-Rouge (bon j’avoue là je ne vois pas les applications). Bref, en terme d’objet, ça ressemble à rien franchement mais c’est fantastique de polyvalence.

Son créateur raconte qu’il a eu l’idée en jouant avec un ticket de métro. Plus tôt, les chûtes de tuiles de la tempête de 1999 lui avaient mis la puce à l’oreille : « je dois faire quelque chose », s’était-il dit.

Inventeur mais pas ingénieur

Ce n’est pas un Einstein, il a pas fait de grandes études. Bah alors, comment il invente, me direz-vous? C’est là que ça devient intéressant : avec de l’imagination et du bon sens. Au final, tout est insolemment simple. Aucun mécanisme complexe. Il n’y a rien d’autre que de la logique derrière tout ça. Comme un bon roman de science fiction, imaginatif et cohérent.

Ses inventions ne sont pas belles, pas design, bref dans notre monde où on achète plein de gadgets de moins en moins durables pour leur beau logo, la blague sous le bouton « On » et la forme trop tendance avec la couleur bleue, son « Clacpack », comme il l’appelle, ne paye pas de mine.

Alors je ne sais pas si c’est toujours viable tout ça, et ce ne sont pas des inventions révolutionnaires qui brillent de milles feux, mais ce sont des systèmes pratiques et simples, des choses qui paraissent évidentes quand on les a vues mais auxquelles on aurait jamais pensé autrement, et rien que pour la vivacité d’esprit et la créativité, j’incline mon chapeau.

Des utilisations contre les inondations

Bref tout ça pour vous dire quoi? Que j’ai rencontré un inventeur? Pas seulement. A la base, c’est un inventeur du dimanche. Il a créé son entreprise qui a un peu décollé un temps, mais pas de façon flamboyante non plus. Ce que j’admire, c’est qu’il tient ses créations de son imagination et de son bon sens.

Or pourquoi ça ne marche pas ou peu dans le commerce? Ce n’est certes pas révolutionnaire et peu utile pour le citadin pas confronté au camping ni aux catastrophes naturelles. Mais je pense surtout qu’actuellement notre société de consommation est trop portée sur le design. Si tu n’as pas les moyens de faire du marketing et de rendre ton produit attractif au premier regard, tu as peu de chances de t’en sortir. On valorise plus des objets électroniques peu durables, qui consomment de l’énergie et se cassent sans mal, que des objets polyvalents et solides. Ok, je n’achèterai pas son invention car je n’en ai pas l’utilité, mais on est quand même vachement guidés par l’apparence et l’identification du produit (marque, design) plutôt que par l’utilité en elle-même de l’outil. Il faudrait revoir les critères d’achat et remettre le durable et le solide au centre de notre consommation. Je dis des généralités, je sais.

Je me perds dans mon texte, mais je n’ai pas fini de parler. Je suis un peu à fond sur les inventions en ce moment. Alors j’ai quelques bons documentaires à vous conseiller.

Des liens à gogo!

(à défaut d’inventions à gogo, car moi je n’invente rien)

L’art de la guerre en Egypte, en Chine, les inventions de l’Antiquité, la bataille de l’électricité

Ce dernier est intéressant car il montre l’entêtement d’un inventeur qui a tort (Edison ne voulait pas reconnaître le bien fondé du courant alternatif). Finalement, on retient quelqu’un pour la postérité, (Edison dans ce cas), mais d’autres ont eu autant leur rôle à jouer.

Comme pour le téléphone dont le brevet a été déposé deux heures plus tôt, avant Graham Bell, par un certain Elisha Gray (j’ai recherché le nom sur Wiki, j’espère que c’est juste).

Sinon j’ai vu un celui-là récemment où on nous explique que Héron d’Alexandrie a inventé la machine à vapeur au Ier siècle après Jésus Christ. Une jolie turbine qui ne sert à rien. Evolution oblige, les applications de la Révolution industrielle n’étaient pas encore d’actualité!

Bon et à part ça, 20 000 lieues sous les mers, de Jules Verne que je lis ces temps-ci est un vrai bijou. Il a tout prévu pour rendre son Nautilus viable (à mes yeux ignorants de technique en tout cas). C’est impressionnant.

Publicités

À propos de zeb

https://sansfarine.wordpress.com Voir tous les articles par zeb

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :