Little « WTF » time : Racisme et religion

Un petit « what the fuck » en cette soirée qui-était-jusque-là-paisible, de début d’automne.

C’est toujours intéressant de jeter un oeil sur ce que les gens tapent sur google pour arriver sur un blog. Alors à celui qui a tapé « les femmes du paradis sont elles blanches » pour arriver sur le mien, je lui adresse un message, si jamais il repasse par ici (et si sa question signifie qu’il pense que Dieu aime les blancs, qu’ils sont des élus ou je ne sais quelle connerie.) : qu’il sache qu’à partir de maintenant, je vais égorger des lapins et faire du cyber-vaudou pour qu’un démon le trouve sur la toile et lui arrache la tête.

Blagues à part, c’est triste quand même. :s

Concernant le racisme, ça me donne envie de vous parler d’une chanson que j’aime beaucoup : « Aquarelle » du groupe de musiciens Fatras. Ils tournent surtout en Bretagne et ont des textes excellents de poésie.

Voici les paroles :

Si j’étais une couleur, je serais « rouge » comme le sang,

Je serais dans ta bouche, sur ta langue, entre tes dents.
Je coulerais dès que possible, je coulerais bien trop souvent,
Je jaillirais de tes plaies, puis sècherais lentement.
Je polluerais ton corps, en voyageant dans tes veines,
Je te ferais hurler à la mort, hémorragie interne.
Si j’étais ton sang, président du FN,
Je te ferais pisser gentiment, exsangue ta bedaine.

Si j’étais une couleur, je serais « noir » comme la nuit,

Je serais ton cauchemar, hanterais ton esprit.
Je serais ta peur bleue, je serais dans ton lit,
Tu attendrais le jour comme on attend le Messie.
Je serais ton sommeil, je serais tes yeux bouffis,
Ta panne de courant, je serais ta folie.
Si jamais j’étais la nuit, mon petit Jean-Marie,
Tu dormirais si peu que tu vomirais ta connerie.

Si j’étais une couleur, je serais « jaune » comme le soleil,

Je te ferais rôtir en brillant sans pareil.
Mes rayons t’attaqueraient, tel un essaim d’abeilles,
Je serais ta douleur et tes coups de soleil.
Tu aurais tellement chaud, que tu voudrais mourir,
Tu perdrais des kilos, tu perdrais ton sourire.
Si jamais j’étais le soleil, petite graine d’Hitler,
Je te ferais souffrir, tu connaîtrais l’enfer.

(Je serais rouge, je serais jaune, je serais blanc, je serais noir)

Si j’étais une couleur, je serais « blanc » comme ta peau,

Celle que tu crois meilleure, abruti de facho.
Je serais tes rides, je serais tes cheveux blancs,
Je me ferais aride, comme le désert du Soudan.
Je serais ton cancer, je serais ta tumeur,
Tu sais c’est con la vie, tu vis et puis tu meurs.
Si j’étais ta peau, raciste imbécile,
Tu ravalerais illico tes idéaux débiles.

Je ne suis pas une couleur, je suis blanc c’est tout,
Je pourrais être noir, rouge, jaune, je m’en fous.
Les couleurs, pour être belles, doivent vivre en harmonie,
Elles doivent se côtoyer, se mélanger aussi.
Tu veux une France se refermant sur elle-même,
Une France toute blanche, uniforme, extrême.
Mais c’est pas avec une rime, qu’on fait un poème,
C’est pas avec une note qu’on fait un requiem.

Mais c’est pas avec une rime, qu’on fait un poème,
C’est pas avec une note qu’on fait un requiem.

C’est pas avec une rime, qu’on fait un poème,
C’est pas avec une note qu’on fait un requiem.

Concernant la religion, j’ai aussi une chanson que j’aime beaucoup à faire partager. En anglais, cette fois. C’est « Cry for the moon » d’Epica.

Paroles :

Follow your common sense
You cannot hide yourself
Behind a fairytale
Forever and ever
Only by revealing the whole truth can we disclose
The soul of this bulwark
Forever and ever
Forever and ever

Indoctrinated minds so very often
Contain sick thoughts
And commit most of the evil they preach against

Don’t try to convince me with messages from God
You accuse us of sins committed by yourselves
It’s easy to condemn without looking in the mirror
Behind the scenes opens reality

Eternal silence cries out for justice
Forgiveness is not for sale
Nor is the will to forget

Follow your common sense
You cannot hide yourself
Behind a fairytale
Forever and ever
Only by revealing the whole truth can we disclose
The soul of this bulwark
Forever and ever
Forever and ever

Virginity has been stolen at very young ages
And the extinguisher loses its immunity
Morbid abuse of power in the garden of Eden
Where the apple gets a youthful face

Eternal silence cries out for justice
Forgiveness is not for sale
Nor is the will to forget

Follow your common sense
You cannot hide yourself
Behind a fairytale
Forever and ever
Only by revealing the whole truth can we disclose
The soul of this bulwark
Forever and ever
Forever and ever

Eternal silence cries out for justice
Forgiveness is not for sale
Nor is the will to forget

You can’t go on hiding yourself
Behind old fashioned fairytales
And keep washing your hands in innocence.

J’avoue, j’ai repiqué les paroles sur des sites, je n’ai pas pris le temps de les réécrire. Mais j’ai relu, à priori, y a pas de fautes!

Suivez votre bon sens, vous ne pouvez pas vous cacher derrière des contes de fées, pour toujours, encore et toujours.

Publicités

À propos de zeb

https://sansfarine.wordpress.com Voir tous les articles par zeb

One response to “Little « WTF » time : Racisme et religion

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :