L’enjomineur 1792 de Pierre Bordage

La Révolution vue au prisme du fantastique

Une uchronie sur la Révolution? C’est ainsi que l’ouvrage m’était présenté. Je ne pouvais pas louper ça. Je n’ai lu que le premier tome et au point où j’en suis, L’Enjomineur n’est pas vraiment une uchronie. Le principe serait alors de changer le cours de l’histoire mais, dans le premier volume, on suit scrupuleusement le déroulé de l’année 1792. L’aspect imaginaire du livre se situe plutôt dans l’apport de fantastique, habilement distillé dans les événements et les éruptions de violence de la Révolution.

On revoit les grands événements, la prise des Tuileries, et surtout la naissance de la Contre-Révolution, la grogne qui fleurit en Vendée, nourrie par la répression contre les prêtres réfractaires à la constitution civile du clergé. Les habitants très catholiques supportent mal de voir leurs curés virés de leurs paroisses au profit de ceux qui ont prêté serment pour la Constitution de l’Assemblée nationale. En lisant, on sent que l’auteur est documenté et connaît son sujet. (Il est d’ailleurs originaire de Vendée)

On suit deux personnages. Un jeune homme, Emile, ouvrier agricole, sensible aux idées nouvelles, un peu baroudeur, et surtout mystérieusement lié au monde des fées et des lutins qui lui apportent leur aide. C’est un idéaliste, il est attachant.

L’autre, Cornuaud, est moins sympathique. Un violeur, ancien marin qui travaillait sur les galères des esclaves. Il a été maudit par une sorcière vaudou, et depuis il lui faut sa dose de sang. Vrai junkie du meurtre, contre sa volonté.

Progrès et réac’

L’enjomineur mélange le fantastique folklorique, le fanatisme religieux et le rationalisme des Lumières que les révolutionnaires veulent imposer tandis qu’ils plongent dans une mer de violences.

Pierre Bordage développe aussi son intrigue autour d’une secte qui suit le Culte de Mithra. J’aimerai savoir à quel point ce délire autour de Mithra est fondé. Je sais qu’il a existé, mais selon Wikipédia, c’était plutôt durant l’Antiquité romaine. Quid de sa présence à la fin du XVIIIe siècle en France? L’enjomineur me donne envie de mieux connaître la persistance des croyances et des superstitions quand les lumières avaient fait un si bon travail pour les critiquer. Nous sommes après la parution de l’Encyclopédie de Diderot, quand le développement des sciences suscite une pleine euphorie et une dénonciation de l’obscurantisme. Pierre Bordage nous montre un monde qui évolue mais reste empreint de ces croyances ancestrales. De fait, le XVIIIe siècle était aussi l’époque du développement de la franc-maçonnerie avec ses loges et ses symboles. Face à l’apport des sciences, y a-t-il eu une réaction de rejet et de mysticisme? Le livre me donne envie de me pencher sur la question.

Au delà de ça, c’est un ouvrage très bien écrit. C’est fluide, mais aussi imagé, travaillé. On reproche souvent à la science fiction de peaufiner ses scénarios mais de négliger la qualité d’écriture. Ce n’est pas le cas ici.

Je suis trop peu avancée dans ma lecture pour juger de l’évolution de l’histoire. Le premier tome m’a accrochée. Il ne me reste donc qu’à lire la suite : les années 1793 et 1794!

Ha ça ira ça ira ça ira, s’il ne me le vend pas, à la lanterne le libraire ira!

Publicités

À propos de zeb

https://sansfarine.wordpress.com Voir tous les articles par zeb

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :