Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates de Mary Ann Shaffer et Annie Barrows

Des lettres pour dépasser la guerre

Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu un roman épistolaire et celui-ci m’a particulièrement plu. Au menu, une femme écrivain, connue à la fin de la guerre pour ses chroniques régulières dans un journal durant tout le conflit. Elle avait ainsi apporté un peu de sourire en la période troublée. Cette férue de littérature projette ensuite d’écrire un roman. Problème : elle manque d’inspiration. Ses courriers à son éditeur et ami, en attestent. Par ailleurs, elle doit s’embarquer dans une tournée mondaine pour présenter son dernier ouvrage. Une formalité qui ennuie cette femme discrète peu attirée par les cérémonies publiques. D’autant plus qu’elle doit subir les critiques sur un mariage qu’elle a refusé au dernier moment. Il n’est pas souvent bien vu d’être une femme célibataire à cette époque. Elle doit aussi gérer une idylle avec un riche américain qui la courtise. Au grand dam de l’éditeur qui n’aime pas le brillant et bruyant personnage.

C’est alors qu’intervient le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates (de tourte aux épluchures de patates pour être précis). L’écrivain reçoit une lettre d’un homme qui est en possession d’un de ses vieux livres, qu’elle avait richement annoté. Comme il a adoré l’ouvrage, il lui demande de l’aider à se procurer les autres œuvres de l’auteur. De fait, le cercle littéraire est coupé du monde et n’a plus de librairie. Merci la guerre.

Ce club compte une petite dizaine de personnes installées sur l’île de Guernesey. Ce bout de terre dans la Manche a été occupé par les Allemands durant la guerre. Couvre feu, rationnement, les habitants ont perdu durant cette période toute liberté. S’ils n’ont pas vraiment directement résisté, ils ne se sont pas non plus pliés diligemment à toutes les règles. Une habitante possédant un cochon qui vient de mourir prend l’initiative d’inviter ses voisins à partager le met. Je n’en dis pas plus pour ne pas spoiler, mais ajoutez à cette situation une péripétie malvenue, un mensonge improvisé et vous tenez la naissance du cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates. Comme le cochon est consommé, il ne reste plus au cuisinier de l’équipe qu’à réaliser sa spécialité : la tourte aux épluchures de patates (rationnement oblige, ils n’ont pas grand chose de consistant à manger)

Le roman s’articule entre le récit de l’occupation de Guernesey, la recherche d’inspiration de l’écrivaine et la disparition d’une membre du cercle littéraire, envoyée en camp de concentration. Petit à petit, la seconde guerre mondiale prend toute la place mais avec discrétion. Mary Ann Shaffer réussit à ne pas nous déprimer. A coté des horreurs de la guerre, il y a une certaine légèreté, le soulagement que tout soit fini aussi.

C’était vraiment une lecture agréable que je ne peux que conseiller !

Cela n’a pas grand chose à voir, mais j’écoute beaucoup cette chanson en ce moment. Occupied tears de Serj Tankian (le chanteur de System of Down). Elle parle de l’injustice et de l’horreur de la guerre. Un thème qui transparaît aussi fortement dans ce livre. Aussi je me permets de faire le parallèle.

Publicités

À propos de zeb

https://sansfarine.wordpress.com Voir tous les articles par zeb

4 responses to “Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates de Mary Ann Shaffer et Annie Barrows

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :