Aâma de Frederik Peeters

aama

Dans un monde où l’homme se bat contre la nature, il est beaucoup de choses qui sont contrôlées par la technologie. Aâma de Frédérik Peeters nous embarque dans un univers qui reprend des thèmes traditionnels de la science fiction : l’évolution des robots qui surpassent l’homme, une certaine artificialité qui régit les relations humaines. Dans Aâma, les hommes ont des implants, ils sont reliés en réseau, et ils ne font pas d’enfants naturellement.

On suit les aventures du héros, Verlock, qui nous raconte les événements de son point de vue. Or ses sentiments ne tendent pas vers l’enthousiasme. De fait, le protagoniste est déprimé. Il n’a rien du héros combatif de science fiction. Il est presque un looser. Sa femme l’a quitté, embarquant sa fille au passage, il peut se reprocher son comportement vis à vis d’elles, il vit dans les bas-quartiers, et s’absorbe dans une sorte de drogue et dans une vie décadente. Bref, il change du héros fort et droit, et n’en est que plus intéressant.

Son frère, Conrad, en revanche affiche toutes les caractéristiques du héros typique et habitué à aller de réussite en réussite. Ingénieur, il est envoyé en mission pour une société très importante : il doit renouer contact avec une colonie, sur une autre planète, qui travaille sur un projet novateur : Aâma. Mais les coupes budgétaires ont changé la donne et les membres de ce programme se sont trouvés isolés, oubliés. Au moment de partir, Conrad tombe sur Verlock, et par hasard – ou par pitié, ou peut-être pour une autre raison? – il décide de l’emmener avec lui. Ils sont accompagnés d’un robot à l’apparence d’un singe, pragmatique et intelligent, nommé Churchill. Pas facile pour la petite équipe de rencontrer la colonie et de faire preuve de diplomatie pour relancer le projet. Surtout qu’entre temps, beaucoup de choses ont changé. Les rivalités internes ont miné le groupe, dont le leader a disparu.

Dès le tome 1, Frédérik Peeters nous plonge immédiatement dans son histoire. Il n’y a pas d’explications préalables sur le contexte. On découvre au fur et à mesure. Le tome 2 nous permet de comprendre ce qui a poussé la femme de Verlock à le quitter, on perçoit un peu plus ce que peut-être Aâma, même si le projet garde son aura de mystère. On touche aussi plus aux enjeux qui transparaissent. Les hommes de ce monde considèrent la nature comme leur ennemie. Elle essaye toujours de les écraser. C’est pour la combattre qu’ils ont trouvé des moyens de vivre artificiels. Mais ceux-ci sont peut-être aussi soumis au phénomène de l’évolution et de la loi du plus fort. C’est du moins ce que semblent indiquer les dernières pages du tome 2. Et elles laissent entrevoir les prémices du tome 3, avec une prédiction : il va y avoir de l’action !

Cette chronique prend part au jeu « La BD fait son festival » de Priceminister qui m’a permise de recevoir Aâma.

Note : 17/20

Publicités

À propos de zeb

https://sansfarine.wordpress.com Voir tous les articles par zeb

One response to “Aâma de Frederik Peeters

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :