Ravages d’Anne Rambach

Plongée dans le scandale de l’amiante

Ravages.indd

Des milliers de travailleurs ont mis la main dans l’amiante. Le matériau a servi dans les bâtiments, pour les ignifuger, il a aussi été tissé pour fabriquer des vêtements, mis à profit pour les plaquettes de freins, aux dépends des ouvriers et parfois de leur entourage. L’amiante leur a provoqué des cancers du poumon et d’autres maladies respiratoires.

Dans Ravages, Anne Rambach raconte ce scandale, sur une industrie qui n’a pas protégé ni informé ses employés sur les risques qu’ils encouraient. Elle reprend les axes majeurs de cette affaire, les fait mijoter, pour les ré-assembler dans un thriller.

Tout commence par un meurtre. Un journaliste d’investigation est assassiné alors qu’il enquêtait sur l’affaire de l’amiante. Deux collègues, Diane Harpmann et Elsa Délos prennent alors le relai pour mettre au jour ce qu’il avait découvert. Mais elles mettent le pied dans un engrenage dangereux. La juge d’instruction est elle-même sous le joug de menaces de mort. Ce scandale sanitaire se révèle dangereux pour les deux enquêtrices.

Bien écrit, prenant, Ravages vous entraîne dans une intrigue passionnante car elle est très bien documentée. En témoigne la bibliographie conséquente à la fin de l’ouvrage. Anne Rambach livre tout l’historique d’un mensonge organisé qui a duré près d’un siècle. Elle se sert des coups de théâtre de la réalité pour attiser la tension de son roman.

Il faut admettre qu’il y a plus haletant comme thriller. Celui-ci reproduit les péripéties d’usage, mais il m’a toutefois tenue en haleine du début à la fin. Pas de renversement de situation à couper le souffle dans ce livre mais le dévoilement d’une logique industrielle implacable où l’argent domine la santé des salariés.

Ravages tient tout son intérêt de la précision avec laquelle il décrit les rouages d’un scandale moderne qui n’est pas terminé. Le procès pénal traîne depuis 1997, date de l’interdiction de l’exploitation du matériau dans de nombreuses usines. En Italie, le procès d’Eternit a pourtant eu lieu. Mais en France, la procédure patine. Récemment, la juge d’instruction a été dessaisie à cause d’une loi récente qui interdit d’instruire le même dossier pendant plus de dix ans. Le volume de document à traiter implique que ses successeurs vont perdre près d’un an à en prendre connaissance de façon approfondie. Ce mois-ci, plusieurs personnes ont vues leurs mises en examen provisoirement annulées. Martine Aubry mais aussi des hauts-fonctionnaires et un pneumologue qui prétendait que le matériau n’était pas dangereux.

Anne Rambach dénonce le peu de cas qui est fait de cette affaire.

« Alors que les plus vives polémiques naissent sur les pannes de l’Eurostar par temps froid, nous sommes apathiques devant la corruption, la mise au pas de la presse ou de la justice, la captation des richesses par une frange étroite de la population, captation qui serait, paraît-il, sans rapport avec l’extension incessante de la pauvreté. Rien ne nous atteint plus. Même la mort annoncée de 100 000 personnes »

J’ai aimé ce livre car il traite de façon simple d’une affaire complexe et de ses multiples ramifications. Sans rajouter des péripéties à couper le souffle, Anne Rambach a su utiliser l’affaire de l’amiante, suffisamment bouleversante à elle toute seule, pour peu que l’on sache l’expliquer. Et la romancière a très bien su le montrer, sans pour autant tout simplifier.

Le fait que des entreprises négligent la santé de leur salarié pour le profit est un sujet très actuel. Il y a de nombreuses substances soupçonnées d’être cancérigènes aujourd’hui et qui sont toutefois utilisées. Produits phytosanitaires, OGMs… Combien de substances sont actuellement utilisées dans notre alimentation ou ailleurs, afin de générer des bénéfices, sans que nous connaissions suffisamment les effets sur la santé  ?

Documentaire à voir si vous vous intéressez au sujet : 100 000 cercueils de José Bourgarel.

Publicités

À propos de zeb

https://sansfarine.wordpress.com Voir tous les articles par zeb

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :