Jimmy’s Hall de Ken Loach

Je n’ai pas posté depuis un petit moment, mais un nouveau coup de coeur cinématographique me pousse à venir en catimini donner un coup de projecteur sur le dernier Ken Loach. * allume la lumière en tâchant de se tenir à l’abri des ampoules*.

Ce coup de coeur, c’est Jimmy’s hall, sélectionné à Cannes lors de la dernière édition (comme à peu près tous les Ken Loach). Si vous aimez les paysages verts d’Irlande, la musique celtique et ses  violons, ou tout simplement le combat de gens des classes populaires contre l’emprise trop étroite de l’église, foncez dans votre cinéma le plus proche.

Ken Loach nous fait découvrir la vie de Jimmy Gralton. Après quelques aventures à l’étranger, et notamment à New York, il revient en Irlande, auprès de sa mère et de ses amis. Il bénéficie là d’une solide réputation, et à la demande des villageois, il coordonne la réouverture d’un dancing. Lieu de joies et d’apprentissages en tous genres (dessin, littérature, boxe…), ce bâtiment fait l’objet d’une profonde aversion de l’église.  Nous sommes en 1932, une décennie après la guerre d’indépendance vis-à-vis de l’Angleterre,  en plein dans la crise économique qui s’est propagée des Etats-Unis à l’Europe. Le climat est tendu et les groupes sont polarisés. Entre bourgeois et classes populaires, le fossé se creuse. Or la société Irlandaise aspire à se détendre.

La volonté d’un groupe de créer un dancing, havre de rencontres et de moments festifs, va entrer en conflit avec une église très rigide. Nos héros rebelles sont croyants, mais ils souhaitent plus de liberté. On suit leurs combats entre joies et peines. Et c’est jouissif . Certaines scènes sont très marquantes. Le réalisateur réfléchit sur la contradiction entre les préceptes de l’église (l’amour du prochain) et la haine qu’elle engendre dans une escalade de violences.

Le scandale des bébés enterrés ayant éclaté en juin dernier (800 squelettes de bébés de mères célibataires retrouvés dans un couvent), le film est totalement d’actualité. Je n’en dis pas plus mais c’est une perle, qui oscille parfaitement entre moments d’humour et d’émotions. Je termine sur quelques images trouvées sur Allociné.

Dans un style moins joyeux, sur le catholicisme et l’Irlande, The Magdelene sisters, de Peter Mullan est aussi un très bon film. Il prend aux tripes.

jilmmis jimh jimhall jimhalle jimmy

Ken Loach : ce héro !

J’adore Ken Loach. Je n’ai pas encore vu sa filmographie complète (en même temps, il y a de quoi faire) mais j’ai envie de vous livrer rapidement ceux que j’ai pu visionner.

La part des Anges : Sur des gamins qui tentent une escroquerie du tonnerre, qui implique de se balader dans toute l’Ecosse en kilt. Vraiment très drôle.

Just a kiss : Le film est sur une liaison entre un homme d’origine étrangère et une enseignante dans une école catholique. Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde. Très bon film.

Le vent se lève : Palme d’or, sur la guerre civile en Irlande. A voir.

Land and Freedom : Si vous vous intéressez à la guerre civile en Espagne, c’est vraiment à voir.

It’s a free worl : Je suis restée sur ma faim. Le thème est intéressant ( les travailleurs immigrés). L'(anti)héroïne est de moins en moins sympathique au fil du film, mais son évolution, son avidité croissante fait tout l’intérêt de l’oeuvre. Mais je suis quand même passée à côté.

Sweet sixteen : Sympa. Pas trépidant non plus. J’ai apprécié sans être plus enthousiasmée.

Lady bird : Il ne m’a pas marquée, désolée. Je n’en ai quasiment aucun souvenir :s

 

Publicités

À propos de zeb

https://sansfarine.wordpress.com Voir tous les articles par zeb

4 responses to “Jimmy’s Hall de Ken Loach

  • Escrocgriffe

    (Un peu) sur le même thème, je te recommande « Philomena », un film récent qui m’a vraiment marqué…

  • Alison Mossharty

    Il faut que je découvre Ken Loach un jour. C’est un réalisateur tellement encensé… Il faut vraiment que je comble cette « lacune » cinématographique =)

    • zeb

      Je ne peux que te le conseiller. Je l’ai découvert grâce à une prof d’anglais en cours. Depuis, il m’a rarement déçue (parfois, mais il a fait tellement de films que tous ne peuvent pas être des pépites). 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :