Tancrède, d’Ugo Bellagamba

cvt_Tancrede--Une-uchronie_1425

Tancrède, d’Ugo Bellagamba me fait de l’oeil depuis un certain temps. Intéressée par l’histoire, je suis naturellement attirée par les uchronies ( genre de la science-fiction qui explore les mutations qu’aurait pu engendrer un changement dans les événements historiques).

Celle-ci se déroule durant les Croisades. Tancrède, un croisé qui a réellement existé, se lance avec son oncle et ses co-religionaires dans une expédition périlleuse, afin de récupérer Jérusalem. Surtout que les musulmans enquiquinent Constantinople et que le basileus (empereur byzantin) Alexis Comnène, se montre inquiet. Galvanisés par l’appel du Pape, Urbain II, les Chevaliers se plongent dans un bain de sang.

Un auteur bien renseigné

On rencontre des personnages réels comme Baudoin, futur roi de Jérusalem, Godefroi de Bouillon, Bohémond de Tarente, Raymond de Saint-Gilles, Gaston de Béarn, Pierre l’Ermite, qui a lancé une croisade populaire meurtrière, qui a vu de nombreuses exactions durant le trajet en Europe.

Au fur et à mesure du récit, les péripéties s’éloignent du cours réel de l’Histoire. Il ne faut donc pas y chercher une exactitude historique, même si l’auteur, très renseigné, colle de près à la société de l’époque. Le monsieur enseigne l’histoire du droit à l’université de Nice. De fait, à la fin du livre, il présente une bibliographie conséquente. Comme si le roman était un travail universitaire. Il n’en est rien, c’est plutôt un récit d’aventures, avec des espions, des assassins, des étrangetés qui confinent à la magie… Mais j’ai apprécié d’autant mieux ma lecture en sachant qu’elle était guidée par un écrivain qui maîtrise son sujet.

Du côté des Musulmans

Ugo Bellagamba nous entraîne sur les pas d’un fou de Dieu, en 1096. Tancrède verse le sang, mais il croit son coeur pur, sa cause juste, et est persuadé d’envoyer toutes ces âmes, issues de corps réduits en charpie, à son Seigneur. Bref, il est complètement illuminé. Mais les événements de la Croisade le font changer. Il prend conscience des horreurs commises et retourne sa veste. C’est là que le roman devient réellement intéressant. L’auteur nous fait découvrir alors l’autre côté des Croisades, le monde musulman, loin d’être uni. Il est divisé entre les Turcs Seldjoukides, les Fatimides, les Abbassides, les califes qui se disputent des villes, les sunnites, ismaéliens et chiites qui se déchirent. On découvre comment ces groupes également, essayent de tirer les Croisades à leur avantage en laissant leurs rivaux se faire renverser.

Ugo Bellagamba en profite pour nous faire découvrir le Vieux sur la Montagne de la Secte des assassins. Cette organisation a réellement existé. Ce n’est pas la première fois que je la rencontre dans une oeuvre de fiction, puisqu’elle a un rôle dans le tome 3 de la trilogie de Bartiméus de Jonathan Stroud, un roman jeunesse que j’adore. ( Dans ce livre, les Assassins ont l’air de fous furieux avec des superstitions bizarres).

 

Pour aller plus loin

Il y a deux ans, une amie m’avait prêté Les Croisades, de Jean Richard. L’historien présente un pavé très intéressant qui explique clairement et nous raconte l’histoire presque comme un roman ! J’avais lu jusqu’à la Seconde Croisade.

Un extrait de l’article Wikipédia consacré à Gaston de Béarn montre bien aux lecteurs de Tancrède comment Ugo Bellagamba s’est servi des faits historiques, même lorsque les événements du roman ont bouleversé le cours de l’histoire.

C’est pendant le siège de Jérusalem que Gaston se révéla un personnage central des chroniques de la croisade. Il fut chargé de la construction des machines essentielles au siège, les châteaux roulants. Il profita de la présence à Haïfa de la flotte génoise qui après avoir apporté des renforts se trouvait bloquée par la flotte fatimide. Gaston obtint des chefs de la flotte qu’ils lui cèdent leurs charpentiers et le bois de leurs navires pour la construction des machines de guerre.

Gaston assumait avec Tancrède le commandement des troupes gasconnes, face à la porte de Goliath, à l’ouest de Jérusalem. Dans la matinée du 15 juillet, les hommes de Godefroy de Bouillon parvinrent à approcher le château et à y ouvrir une brèche. Tancrède et Gaston (Il fut, dit-on, le premier croisé à pénétrer dans la Cité Sainte) se lancèrent immédiatement à l’attaque, dépassèrent les tours de David et Goliath et se dirigèrent vers l’esplanade du Temple pendant que l’armée croisée se livrait au pillage et au massacre généralisé. Au Temple, ils laissèrent leurs étendards à un groupe de civils réfugié en haut d’une mosquée. Le jour suivant, un groupe de croisés exaltés se dirigeant vers le Temple, assassina ces civils, provoquant la colère de Tancrède et Gaston.

 

Une petite chanson pour finir. Crusade de Voltaire :

http://www.youtube.com/watch?v=tKQYZUU63QM

Publicités

À propos de zeb

https://sansfarine.wordpress.com Voir tous les articles par zeb

3 responses to “Tancrède, d’Ugo Bellagamba

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :