Le Royaume de Tobin de Lynn Flewelling : Quand la fantasy aborde la transsexualité

Couverture du tome 5

Couverture du tome 5

Quand on m’a parlé de cette série en 6 tomes – pardon cette trilogie : les éditions françaises ont tendance à découper les volumes en deux pour faire des sous… – j’étais curieuse mais sceptique. La raison ? Le coup d’un garçon qui est en fait une fille et d’ailleurs ça se pressent car il aime les poupées… J’ai eu peur de tomber sur un truc hyper cliché sur le genre féminin et masculin.

Cliché ?

Eh bah non ! Le Royaume de Tobin est plus intelligent que ça. D’abord, on ne peut pas dire que Tobin aime pas les poupées parce qu’il est une fille sous un corps de garçon. Ce goût est surtout lié à sa mère, qui a sombré dans la folie, dont il regrette le manque d’amour et qui fabrique des poupées à longueur de journée. On évite donc le coup du « les filles aiment les poupées, c’est inné ». Du moins, c’est ainsi que je l’ai interprété.

Le début de l’histoire est un peu longuet. On suit l’enfance de Tobin. On nous parle aussi de magiciens qui sont intervenus dans son changement de sexe à la naissance…

Par ailleurs, son jumeau (un garçon) est mort et le hante sous la forme d’un démon.

Encore un usurpateur…

Le fond de l’histoire est assez basique. C’est une histoire d’usurpateur qui a chipé le trône à la mère du héros, ce cher Tobin, qui est donc l’héritier (enfin l’héritière) légitime.

Jusque-là, rien de très original. On sort tout de même du cliché puisque le trône est traditionnellement occupé par une femme, et qu’avant que l’usurpateur change les règles du jeu, celles-ci occupaient un rôle important dans la société. Elles étaient puissantes, et assumaient souvent les fonctions de guerrières. Mais voilà, le nouveau roi de Skala s’est dit que si elles gardaient les armes, il risquait d’avoir des problèmes… Il s’est protégé avec quelques décrets renvoyant tout ce beau monde à la maison. Les femmes aux fourneaux ! Ce qui donne des personnages hauts en couleur, comme la cuisinière au château de Tobin, une bonne femme au caractère bien trempé qui tranche les patates en regrettant le temps passé à battre la campagne l’épée au poing !

J’ai trouvé ça sympa. Mais ce qui m’a le plus intriguée et qui m’a tenue en haleine sur six tomes, est le fait de me dire. « Bon sang, ce roman parle de transsexualité, sur fond de fantasy ».

Tobin, première héroïne transsexuelle !

J’avoue, je connais mal le sujet de la transsexualité (aussi j’espère ne pas commettre d’impair). Toutefois, tout me semble correspondre. Le fait qu’elle se sent enfin elle même quand elle devient une femme. Elle insiste pour qu’on l’appelle sous son nom féminin, qu’elle a choisi elle-même. Quand son corps se transforme, elle doit gérer cette nouvelle enveloppe mais ne la rejette pas. Elle se sent libérée. Surtout qu’elle aime un garçon hétéro, alors ça tombe bien !

Autre point commun avec la transsexualité dans notre société : le rejet de certains proches (même si la plupart des gens sont exceptionnellement ouverts et positifs dans le roman : c’est cool), le déni de certaines personnes qui persistent à l’appeler par son nom masculin et considèrent qu’elle est folle. (Dans notre monde on dirait qu' »elle souffre de troubles psychiatriques ».)

Alors j’avoue, avant d’écrire cette chronique, je me suis dit :  » si ça se trouve tu es tarée ma pauvre Zeb. Tu es la seule à voir un lien avec la transsexualité ».

Du coup, j’ai tapé « Royaume de Tobin + transsexuel » sur mon moteur de recherche (oui je contribue à l’apparition de mots-clefs bizarres sur le réseau, désolée) et j’ai trouvé deux-trois résultats sur des forums LGTB. Je ne suis pas la seule à avoir eu cette idée 😀

Je ne sais pas si c’est une volonté délibérée de Lynn Flewelling d’aborder ce thème, mais en tout cas, je pense que le résultat est là. J’ai aimé sa manière d’aborder le genre, qui sort des cadres (de moins en moins) habituels. Le sujet d’un changement de sexe était casse-gueule, elle s’en sort bien.

L’auteure intègre également des personnages homosexuels dans l’intrigue. Certains ne sont pas des personnages positifs. Mais l’un d’eux est un des protagonistes les plus charismatiques du roman. J’ai apprécié le fait qu’il soit un guerrier aguerri et pas stéréotypé et efféminé.

Concernant le déroulé de l’histoire : ça se lit bien. Il y a des péripéties. En même temps, elle prend son temps pour développer l’intrigue. Cette saga n’est pas un coup de coeur, mais j’ai trouvé la lecture agréable et intéressante.

Le hic

Le seul gros point noir pour moi est le côté « monarchie de droit divin ». Il faut une femme à la tête du pays, une héritière de la famille royale qui plus est, en raison d’une prophétie qui est la volonté des Dieux… u_u J’en ai marre des prophéties…

Le juron

« Par les couilles de Bilairy ! »

Cette expression m’est restée dans la tête pendant des jours chaque fois que je finissais un tome… ! Si j’ai bien compris, Bilairy est le Dieu des ténèbres, de la noirceur, de la mort, etc.

Le bonus

La magie, originale et bien décrite. Lynn Flewelling invente des sorts intéressants et inédits. On sent qu’elle a travaillé son univers.

Dernier détail

J’ai picoré les 6 tomes en un an, laissant s’écouler des mois entre la lecture des différents volumes. Du coup, c’était chaque fois un peu dur de ce remettre dedans. Mais j’ai toujours apprécié de retrouver les personnages là où je les avais laissés.

Liens

Sur la transsexualité : http://www.adheos.org/transexualite-transgenre

 

Sur les jouets et les petites filles (parce que c’est ce qui m’a interpellée quand on m’avait parlé de ce livre) : http://www.huffingtonpost.fr/ariane-giacobino/filles-garcons-jouets-poupees_b_4253837.html

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/619039-jouets-sexues-et-les-hormones-dans-tout-ca.html

Autres critiques

La critique d’Elbakin : http://www.elbakin.net/fantasy/roman/cycle/le-royaume-de-tobin-228

Critique des Lectures trollesques : http://lecturestrollesques.blogspot.fr/2012/03/le-royaume-de-tobin-lintegrale-tome-1.html

Publicités

À propos de zeb

https://sansfarine.wordpress.com Voir tous les articles par zeb

5 responses to “Le Royaume de Tobin de Lynn Flewelling : Quand la fantasy aborde la transsexualité

  • Tesrathilde

    Pour moi aussi c’était une nouveauté de voir ce thème traité dans un roman de Fantasy. Au-delà de ça j’ai trouvé que la série était très bonne : intrigue plutôt sympa, personnages fouillés, écriture agréable, soignée. C’est une série que je conseillerais tout court.

    • zeb

      Je la conseille aussi ! Elle s’amuse avec pas mal de clichés du genre et bouleverse les codes. Mais je n’ai pas ressenti le petit truc qui fait que je suis à fond dans l’histoire.

  • Boudicca

    Ça fait un moment que je lorgne sur cette trilogie sans oser me lancer… Merci pour ta critique, je pense que je vais sauter le pas 🙂

  • clairebelgato

    Déjà, aborder la transsexualité dans un roman tout court, est rare ! intriguant effectivement ! le fanart est magnifique !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :