Archives de Catégorie: Rien à voir

Vive le fanzine !

J’ai envie de parler de fanzines 🙂 En voilà quelques specimens.

No-Xice

IMG_9103

J’ai découvert celle-ci il y a bien longtemps, au hasard d’une convention manga. Je pense que c’était la Japan Expo ou la Chibi Japan. Bref, en tout cas ça date car je n’ai fait des conventions manga qu’en 2006 – 2007.

No Xice se fout royalement de la gueule des clichés des différents genres de manga. C’est drôle, bien écrit. J’ai le numéro sur les bastons et c’est jouissif 😀 Il s’en prend directement aux pires vices du shonen (mangas pour jeunes garçons).

(Pour rappel : les classifications manga, si vous voulez mon avis, ça pue => https://sansfarine.wordpress.com/2011/03/13/de-la-stupidite-de-la-classification-shonenshojo/)

On a donc droit à des articles tordants qui décrivent le processus d’un combat : de la technique d’intimidation à la baston, en passant par les préliminaires (justification de l’attaque et autres blablas), des envolées qui raillent les attaques ridicules, les mangas mal fichus (c’est tellement bon de voir Naruto (pardon, Marsouin) se faire dézinguer en bonne et due forme). Les auteurs se sont aussi pris au jeu d’inventer des tournois entre des personnages de différentes oeuvres. En résumé, No-Xice est un bon fanzine bien fendard ! 🙂

Il a un site internet : www.noxice.com/

Lire la suite

Publicités

Musique : parce que j’aime que l’on me raconte des histoires

Parce que j’aime les textes, j’aime aussi les écouter en musique.

Parce qu’avant d’être des défilés de signes arides, rangés les uns derrière les autres sur des liasses de papiers, ou sur des écrans, le texte est avant tout de la musique, des rythmes, des sonorités qui chantent, se cajolent, ou se houspillent.

Voilà une petite sélection de combinaisons musique-texte que je trouve magnifiques.

Lire la suite


Mon top 5 des Poissons d’avril du jour

Le 1er avril est mon jour préféré dans l’année. Cette année encore, je me suis bien amusée à lire les blagues des journaux, maisons d’édition, etc.

J’en ai sélectionnés 5 liés plus ou moins à la SFFF ici 🙂

 

Le canular scientifique :

Le Cern confirme l’existence de la Force : http://home.web.cern.ch/about/updates/2015/04/cern-researchers-confirm-existence-force?utm_content=buffer17956&utm_medium=social&utm_source=twitter.com&utm_campaign=buffer

May the Force be with EU!!!!

 

Le canular éditorial :

Attention les éditions de littératures de l’imaginaire L’Atalante lancent une nouvelle collection. On pourra y découvrir nos héros préférés dans des histoires alternatives et… érotiques 😀

Info sur leur blog : http://www.l-atalante.fr/blog/

Le canular littéraire :

L’auteur de littérature de l’imaginaire Lionel Davoust a lui présenté un concept innovant, qui vous permettra de financer ses romans, et d’y avoir accès en avant première avant que l’écriture soit terminée ! Maliiiiin : http://lioneldavoust.com/2015/mon-nouveau-mode-de-distribution-litteraire-innovant-lacces-anticipe/

Vous aussi partez vaincre Darken Dark Darker, le méchant le plus ténébreux que vous pourriez imaginer ! (accompagné de son fidèle putois parlant…)

L’imposture biologique :

dragon_by_chevsy-d48brse

(Artwork de Chevsky : http://chevsy.deviantart.com/art/dragon-255850862)

Les dragons ont vraiment existé ! L’étude relayée par Ebalkin est édifiante 🙂 Elle provient de la revue Nature, très réputée : http://www.nature.com/nature/journal/vaop/ncurrent/full/520042a.html

« Des travaux ont révélé que le haut Moyen âge était un véritable paradis pour les dragons. Cela peut être attribué à des températures inhabituellement élevées (voir le graphique figure 2) mais aussi par l’abondance de chevaliers, le combattant et la source de nourriture favorite de la bête. »

Further work has revealed that the early medieval period was a veritable paradise for dragons. This can be attributed to the period’s unusually warm temperatures (Fig. 2) and an abundance of knights, the beasts’ favourite combatant and food.

 

Le canular du blogueur :

Le Traqueur Stellaire nous parle quant à lui de fondamentalistes chrétiens qui jettent des poissons sur les vitres des biologistes marins : http://www.traqueur-stellaire.net/2015/04/creationnisme-poisson-ichtus/


Bonnes livresques résolutions 2015

Ma Pal ne désemplit pas quoique j’ai cru lui avoir porté un coup décisif à l’automne dernier. Il y a de vieux loups de mer qui persistent à louvoyer dans mes étagères depuis des années. Je compte comme chaque année, en dézinguer une bonne partie.

Au premier rang desquels Le Premier Homme de Camus, Richard Coeur de Lion de Walter Scott, Macbeth de Shakespeare.

Je vous livre quelques souhaits pèle-mêle, de livre que je n’ai pas achetés mais que je compte bien lire. La liste n’est hélas pas exhaustive u__u

Lire la suite


Winter fields

Cela fait un moment que j’évite de penser à mon blog, que je le regarde en chien de faïence en le rabrouant avec un « j’ai pas le temps ». Les vacances ayant succédé au boulot, je n’ai plus trop d’excuse si ce n’est que je déserte mon ordinateur pour en profiter !

Bref, j’ai quelques bouquins parmi mes dernières lectures que j’aimerais chroniquer, mais en attendant de trouver le courage, je tiens à partager une chanson que j’aime beaucoup. Winter fields de Bat for lashes.

C’est de saison après tout ! Bonnes fêtes à tous 🙂


Parce que j’adore Arya Stark

Parce que je n’en suis qu’au tome 4 du Trône de fer de George R.R Martin, mais que je savoure cette série à mort, parce que certains débuts de chapitres sont ennuyeux mais que certaines chutes sont terribles, parce que les coups de théâtre sont des déflagrations de tonnerre sur une fraîche journée de printemps, parce qu’il est tard que je viens de rentrer du taf et que je fais des métaphores de m*** hmm marécage bouillonnant, bref, parce que j’adore Arya Stark : Ci dessous une petite collection de fanarts pêchés sur DeviantArt. =D

 

Parce que :

 

 » La peur est plus tranchante qu’aucune épée « , se récita-t-elle. Elle avança d’un pas, d’un autre, et chacun lui donnait l’impression qu’elle était moins une souris. Vaille que vaille, elle longea les bancs tout en remplissant les coupes de vin. Rorge occupait la droite de Jaqen mais, ivre mort, ne la remarqua même pas. Elle se pencha vers Jaqen et lui souffla dans le tuyau de l’oreille : « Chiswyck », sans qu’il manifestât d’aucune manière avoir entendu.

 

 

« Ce n’était pas Harren », eut-elle envie de dire, « c’est moi« . Elle avait tué Chiswyck d’un souffle, et elle en tuerait deux autres avant d’être quitte. « Je suis le fantôme d’Harrenhal », pensa-t-elle. Et ce soir-là, il y eut un nom de moins à haïr.

 

Une Arya d’après le film et réaliste par Remainaery : http://remainaery.deviantart.com/art/Arya-Stark-295298641

Celui-là me fait trop rire. Arya et Aiguille par Oozn : http://oozn.deviantart.com/art/Arya-Stark-with-needle-265001896

Et pour finir, une note joyeuse :


Petite observation

Qui as dit que les émos n’aimaient pas le rugby?

Le cliché est pourtant défini. Un(e) émo est censé(e) être un individu adolescent, vêtu de noir, et présentant quelques notes colorées comme le rouge, le rose ou le bleu. Il porte du mascara ou du maquillage affilié pour assombrir son regard et se donner un air ténébreux. Sa coupe de cheveux est souvent peu ordinaire (raie sur le côté, mèche devant les yeux, voire des teintures mais qui ne couvrent pas toute la chevelure). Il arbore des badges sur son sac et différents signes qui présentent ses goûts musicaux (musique rock dynamique avec des paroles émotives/mélancoliques parfois hurlées désespérément dans le micro) ou cinématographiques (ça peut être Tim Burton). Jusque là, j’imaginais mal un émo agitant un drapeau dans un pub en hurlant « et c’est le buuuuut » ou toute autre exclamation similaire plus adaptée au rugby (ok, j’avoue, perso les matchs sportifs ne m’emballent pas, je ne sais donc pas ce que les gallois hurlent quand leur équipe marque un essai. De ce que j’ai pu entendre en ces occasions, je n’ai retenu qu’une déflagration de voix survoltées mais mon cerveau n’a pas réussi à discerner des syllabes). A priori, l’Emo standard n’est donc pas vraiment le genre à arborer des atours de supporters sportifs.

Et pourtant… A Cardiff, capitale du Pays de Galles, les matchs de rugby suscitent l’enthousiasme de toutes sortes de personnes. Les jours de match, les pubs sont bien sûr particulièrement bondés et bruyants. Mais les rues aussi connaissent leur lot de manifestations festives. Papys, Mamies, ados, businessmen, ouvriers et jeunes bambins arborent au milieu de l’après-midi des couvres-chefs aux couleurs de l’équipe galloise, des drapeaux à l’effigie du célèbre dragon rouge de la région, des costumes plus ou moins douteux (ça va du pyjama jusqu’au gars déguisé en Pamela Anderson, maillot de bain, fausse poitrine et tout l’attirail, en passant par le pirate et d’autres énergumènes sympathique plus ou moins identifiables). J’ai l’air de me moquer mais en fait j’aime bien cette ambiance ( quand je ne suis pas serrée dans un pub où le volume sonore global dépasse celui d’un concert de Hard Rock). Enfin pour en venir à mon sujet, le fait est que les Emos ne sont pas à l’écart de ce grand enthousiasme sportif et populaire. Ainsi les jours de match, il n’est pas si inhabituel d’en trouver avec le dragon emblématique du Pays de Galles dessiné sur la joue, juste au dessous de la mèche qui tombe sur l’œil. Dès aujourd’hui, je promets de revoir mes préjugés concernant la culture Emo et leurs goûts supposés.