Archives de Tag: labels poubelle

Echos, liens et minis infos en vrac #1

Mes échos :

Je vous livre un petit pot-pourri de ce que j’ai appris/entendu/retenu de diverses conversations pros ou non ces derniers temps. ^^

Labels : bagatelle!

L’année dernière, je me souviens avoir entendu dire que les agriculteurs devaient payer pour être certifiés bio. Le problème que cela pose est bien sûr que seuls les cultivateurs bio ayant les moyens peuvent se permettre d’avoir le label. Je me souviens qu’à l’époque j’avais fait quelques vagues recherches sur internet – infructueuses- et lâchement abandonnées.

Plus tard, à l’occasion d’un repas de famille, j’avais demandé au gendre de je-ne-sais-plus-quel-cousin (qui s’y retrouve dans les repas de la famille pas si proche?) qui est intermédiaire dans la distribution bio (entre l’agriculteur et les magasins) de me confirmer cette information. Je n’avais pas noté mais je crois qu’il m’avait indiqué que le coût servait à financer l’expertise qui décide si un produit est bio ou non.

Bref, tout ça pour en venir à un rebondissement intervenu cette semaine. Je discutais avec un chef d’entreprise dans la filière bois qui va bientôt être labellisé PEFC (c’est-à-dire que son bois provient de forêts certifiées gérées durablement en respect de l’écosystème) et il m’a affirmé qu’il devait payer 400 euros par ans (en plus de la formation préalable à 1000 euros) pour obtenir le label. Je trouve ça un peu poussé. Surtout qu’il n’a pas changé ses pratiques (ou peu). C’est-à-dire qu’il utilisait déjà du bois certifié, il en utilise toujours autant (60% du bois utilisé dans l’entreprise, les 40% restants étant produits en Amazonie dans des conditions peu reluisantes) la proportion n’a pas augmenté et pourtant maintenant il obtient le label sur ses produits avec du bois PEFC parce qu’il a déboursé pour une formation qui lui enseigne comment mieux vérifier la provenance de sa matière première. Il va aussi devoir payer 400 euros par an pour garder le label.

A noter que pour être labellisé, il suffit que 70% du bois dans le produit soit PEFC. Génial non? Moi je trouve que les labels c’est décidément pas si fiable que ça.

Solvants et incendies

Autre écho à partir de ma discussion avec ce monsieur de la filière bois. Récemment il a changé ses pratiques de production et il réalise ses finitions en remplaçant les solvants peu écolo qu’il utilisait avant par de l’eau. Pourquoi? Son atelier a brûlé comme un feu de joie à cause des solvants. Bienvenue maintenant aux hydros finitions! (J’avoue ne pas bien avoir compris ce que c’était exactement, faut que je me rencarde sur le sujet).

Téléphonie: publicités géantes avant l’aboutissement du produit

Vive le joli monde de la publicité et des entreprises. J’ai entendu dire que les nouvelles offres de certaines entreprises étaient placardées à grands renforts de pub dans les magasins, bien avant que les produits soient opérationnels. Ils sont prévus pour le devenir bien sûr et l’objectif reste qu’ils le soient avant la commercialisation. En attendant, on fait la communication avant d’avoir le produit final entièrement abouti et exempts de tout bug. Grandes dépenses, belles promesses, c’est un peu une forme de spéculation.

Voilà pour les échos ^^ Et maintenant quelques liens :

Déjà, ce que je viens de découvrir en rédigeant cet article  sur deezer et que je euh… j’aime beaucoup (faut que j’écoute ça de plus près)

Pendant que l’on ne parle plus de Fukushima dans les grands médias, heureusement il y a le net! L’actualité nucléaire au japon au jour le jour !

Et des articles intéressants sur le nucléaire et!

Publicités