Archives de Tag: roman anglais

Lady Hunt d’Hélène Frappat

lady-huntTout tourne autour d’une maison. Laura en a rêvé, et cette bâtisse l’obsède. Employée dans une agence immobilière, elle connaît une vie banale, entre son travail et sa relation avec son patron, un homme marié. Mais ses rêves lui rappellent la maladie de son père, qui l’a doucement glissé dans la folie.

J’ai aimé l’ambiance de ce roman, qui malgré un environnement très contemporain, a réussi à m’entraîner dans des landes sombres, où les fantômes se cachent dans les miroirs et où les pavillons  ordinaires se transforment en manoirs hantés. Hélène Frappat réussit très bien à invoquer esprits et fait pointer le surnaturel dans des lieux où on ne les attends pas. En fait, on plonge avec Laura dans une introspection aux frontières de la folie (je pense qu’elle les dépasse même). Le rêve de l’héroine, l’évocation de la maison est un moyen de plonger dans son histoire familiale : où son père et sa soeur tiennent une place primordiale.

Dans le résumé du livre, la mention du roman gothique anglais m’avait appâtée. J’ai pensé aux Hauts de Hurlevents, d’Emilie Bronté, et en effet, même si l’histoire est complètement différente, on retrouve en quelque sorte des morceaux de cette atmosphère.

La culture britannique est très présente avec le roman. D’abord, parce que le père de Laura est gallois (et j’ai aimé lire quelques mots sur Cardiff dans cet ouvrage ayant vécu quelques mois là-bas). Mais surtout parce que des morceaux de poèmes anglais sont égrennés tout au long du roman. Je ne connaissais pas Tennyson, et sa lady of Shalott mais je pense que je vais vite me procurer ses oeuvres. J’aime beaucoup ses vers et ils confèrent une partie de l’ambiane sombre.

Ceci m’amène à l’écriture d’Hélène Frappat que j’ai trouvé très poétique. Les images s’enchaînent et sont très évocatrices. J’ai beaucoup aimé sa façon de faire ressortir les associations d’idées, les événements, les germes de la folie de Laura.

Par contre, ça donne aussi une certaine complexité dans la lecture. Du coup, beaucoup d’éléments sont un peu brouillés. Je ne me suis parfois sentie aussi perdue que Laura. Donc même si je l’ai apprécié, j’ai parfois eu du mal à rentrer dans le livre et à tout saisir. A ne pas lire lorsque l’on est fatigué !

Note 7 /10

Cette critique a été faite dans le cadre du match de la rentrée littéraire  PriceMinister-Rakuten. J’ai postulé à un moment où je pensais continuer à alimenter mon blog mais ça fait quelques mois que je lis, mais que je ne l’alimente plus. Question de temps et de priorités (boulot  xD)

Toutefois, je n’ai pas envie de le fermer. En revanche, je préviens qu’il est un peu en stand-by.

 

Publicités